Israeli War Crimes: Moral army? To Hell with them all ~ Uri Avnery

Israel: War Crimes? Us???

By Uri Avnery

“WAR IS HELL!” the US general George Patton famously exclaimed.
War is the business of killing the “enemy”, in order to impose your will on them.

Therefore, “humane war” is an oxymoron.

War itself is a crime. There are few exceptions. I would exempt the war against Nazi Germany, since it was conducted against a regime of mass murderers, led by a psychopathic dictator, who could not be brought to heel by any other means.

This being so, the concept of “war crimes” is dubious. The biggest crime is starting the war in the first place. This is not the business of soldiers, but of political leaders. Yet they are rarely indicted.

THESE PHILOSOPHICAL musings came to me in the wake of the recent UN report on the last Gaza war.

The investigation committee bent over backwards to be “balanced”, and accused both the Israeli army and Hamas in almost equal terms. That, in itself, is problematic.

This was not a war between equals. On one side, the State of Israel, with one of the mightiest armies in the world. On the other side, a stateless population of 1.8 million people, led by a guerrilla organization devoid of any modern arms.

Any equating of such two entities is by definition contrived. Even if both sides committed grievous war crimes, they are not the same. Each must be judged on its own (de)merits.

THE IDEA of “war crimes” is relatively new. It arose during the 30 Years War, which devastated a large part of Central Europe. Many armies took part, and all of them destroyed towns and villages without the slightest compunction. As a result, two thirds of Germany were devastated and a third of the German people was killed.

Hugo de Groot, a Dutchman, argued that even in war, civilized nations are bound by certain limitations. He was not a starry-eyed idealist, divorced from reality. His main principle, as I understand it, was that it makes no sense to forbid actions that help a warring country [or “party”] to pursue the war, but that any cruelty not necessary for the efficient conduct of the war is illegitimate.

This idea took hold. During the 18th century, endless wars were conducted by professional armies, without hurting civilian populations unnecessarily. Wars became “humane”.

Not for long. With the French revolution, war became a matter of mass armies, the protection of civilians slowly eroded, until it disappeared entirely in World War II, when whole cities were destroyed by unlimited aerial bombardment (Dresden and Hamburg) and the atom bomb (Hiroshima and Nagasaki).

Even so, a number of international conventions prohibit war crimes that target civilian populations or hurt the population in occupied territories.

That was the mandate of this committee of investigation.

THE COMMITTEE castigates Hamas for committing war crimes against the Israeli population.

Israelis didn’t need the committee to know that. A large share of Israeli citizens spent hours in shelters during the Gaza war, under the threat of Hamas rockets.

Hamas launched thousands of rockets towards towns and villages in Israel. These were primitive rockets, which could not be aimed at specific targets – like the Dimona nuclear installation or the Ministry of Defense which is located in the center of Tel Aviv. They were meant to terrorize the civilian population into demanding a stop to the attack on the Gaza strip.

They did not achieve this goal because Israel had installed a number of “Iron Dome” counter-rocket batteries, that intercepted almost all rockets heading for civilian targets. Success was almost complete.

If they are brought before the International Court in The Hague, the Hamas leaders will argue that they had no choice: they had no other weapons to oppose the Israeli invasion. As a Palestinian commander once told me: “Give us cannons and fighter planes, and we will not use terrorism.”

The International Court will then have to decide whether a people that is practically under an endless occupation is allowed to use indiscriminate rockets. Considering the principles laid down by de Groot, I wonder what the decision will be.

That goes for terrorism in general, if used by an oppressed people that has no other means of fighting. The black South Africans used terrorism in their fight against the oppressive apartheid regime, and Nelson Mandela spent 28 years in prison for taking part in such acts und refusing to condemn them.

THE CASE against the Israeli government and army is quite different. They have a plentitude of arms, from drones to warplanes to artillery to tanks.

If there was a cardinal war crime in this war, it was the cabinet decision to start it. Because an Israeli arrack on the Gaza Strip makes war crimes unavoidable.

Anyone who has ever been a combat soldier in war knows that war crimes, whether in the most moral or the most base army in the world, do occur in war. No army can avoid recruiting psychologically defective people. In every company there is at least one pathological specimen. If there are not very strict rules, exercised by very strict commanders, crimes will occur.

War brings out the inner man (or woman, nowadays). A well-behaved, educated man will suddenly turn into a ferocious beast. A simple, lowly laborer will reveal himself as a decent, generous human being. Even in the “Most Moral Army in the World” – an oxymoron if there ever was one.

I was a combat soldier in the 1948 war. I have seen an eyeful of crimes, and I have described them in my 1950 book “The Other Side of the Coin”.

THIS GOES for every army. In our army during the last Gaza war, the situation was even worse.

The reasons for the attack on the Gaza Strip were murky. Three Israeli kids were captured by Arab men, obviously for the sake of achieving a prisoner exchange. The Arabs panicked and killed the boys. The Israelis responded, the Palestinians responded, and lo – the cabinet decided on a full-fledged attack.

Our cabinet includes nincompoops, most of whom have no idea what war is. They decided to attack the Gaza Strip.

This decision was the real war crime.

8th augustThe Gaza Strip is a tiny territory, overcrowded by a bloated population of 1.8 million human beings, about half of them descendents of refugees from areas that became Israel in the 1948 war.

In any circumstances, such an attack was bound to result in a large number of civilian casualties. But another fact made this even worse.

ISRAEL IS a democratic state. Leaders have to be elected by the people. The voters consist of the parents and grandparents of the soldiers, members of both regular and reserve units.

This means that Israel is inordinately sensitive to casualties. If a large number of soldiers are killed in action, the government will fall.

Therefore it is the maxim of the Israeli army to avoid casualties at any cost – any cost to the enemy, that is. To save one soldier, it is permissible to kill ten, twenty, a hundred civilians on the other side.

This rule, unwritten and self-understood, is symbolized by the “Hannibal Procedure” – the code-word for preventing at any cost the taking of an Israeli soldier prisoner. Here, too, a “democratic” principle is at work: no Israeli government can withstand public pressure to release many dozens of Palestinian prisoners in return for the release of one Israeli one. Ergo: prevent a soldier from being taken prisoner, even if the soldier himself is killed in the process.

10446033_688699337890168_2897190367417434479_oHannibal allows – indeed, commands – the wreaking of untold destruction and killing, in order to prevent a captured soldier from being spirited away. This procedure is itself a war crime.

A responsible cabinet, with a minimum of combat experience, would know all this at the moment it was called upon to decide on a military operation. If they don’t know, it is the duty of the army [or “military”] commanders – who are present at such cabinet meetings – to explain it to them. I wonder if they did.

ALL THIS means that, once started, the results were almost unavoidable. To make an attack without serious Israeli casualties possible, entire neighborhoods had to be flattened by drones, planes and artillery. And that obviously happened.

collage killing fieldsInhabitants were often warned to flee, and many did. Others did not, being loath to leave behind everything precious to them. Some people flee in the moment of danger, others hope against hope and stay.

I would ask the reader to imagine himself for a moment in such a situation.

Add to this the human element – the mixture of humane and sadistic men, good and bad, you find in any combat unit all over the world, and you get the picture.

Once you start a war, “stuff happens”, as the man said. There may be more war crimes or less, but there will be a lot.

ALL THIS could have been told to the UN committee of inquiry, headed by an American judge, by the chiefs of the Israeli army, had they been allowed to testify. The government did not allow them.

The convenient way out is to proclaim that all UN officials are by nature anti-Semites and Israel-haters, so that answering their questions is counterproductive.

We are moral. We are right. By nature. We can’t help it. Those who accuse us must be anti-Semites. Simple logic.

To hell with them all!

Israël : Crime de guerre? Nous ???
Par Uri Avnery
«LA GUERRE, C’EST L’ENFER ! » s’est fameusement exclamé le général américain George Patton. La guerre est faite pour tuer “l’ennemi”, dans le but de leur imposer votre volonté. Par conséquent, « la guerre humaine » est un oxymore. La guerre elle-même est un crime. Il y a quelques exceptions. J’exempterais la guerre contre l’Allemagne Nazi, puisqu’elle était conduite contre un régime de meurtre en masse, dirigée par un dictateur psychopathe, qui pouvait être mis à genoux par aucun autre moyen
Cela étant, le concept de « crime de guerre » est douteux. Le plus grand crime est de commencer la guerre elle-même. Ce n’est pas une affaire de soldats, mais de dirigeants politiques. Pourtant, ils sont rarement inculpés. Ces idées PHILOSOPHIQUES me sont venues au réveil du récent rapport UN sur la dernière guerre à Gaza. La commission d’enquête (ou comité d’investigation) s’est efforcé à équilibrer, et a accusé les deux parties, l’armée israélienne et le Hamas de manière égale. Cela, en soi, est problématique. Ce n’était pas une guerre équilibrée. D’un côté, l’Etat d’Israël, avec l’une des plus puissante armée du monde. De l’autre côté, une population de 1,8millions de personnes sans état, dirigée par une organisation de guérilla dépourvu de toute arme moderne.
Toute assimilation de telles entités est par définition artificielle. Même si elles avaient toutes les deux commis des crimes de guerre graves, elles ne sont pas égales. Chacune doit être jugée selon ses propres fautes ou démérites.
L’idée de crime de guerre est relativement nouvelle. Elle a émergé durant les trente années de guerre, qui a dévasté une grande partie de l’Europe centrale. Beaucoup d’armées y ont pris part, et ont toutes détruit des villes et villages sans le moindre scrupule. Par conséquent, deux tiers de l’Allemagne ont été dévastés et un tiers de la population allemande a été tuée. Hugo de Groot, un hollandais, a défendu l’idée que même en guerre, les nations civilisées sont tenues à certaines limites. Il n’était pas un utopiste, coupé de la réalité. Son principe fondamental, selon moi, était que ça n’avait aucun sens d’interdire les actions aidant un pays (ou partie) à poursuivre la guerre, mais que toute la cruauté non nécessaire pour mener la guerre de manière efficace est illégitime. Cette idée s’est encrée, a pris racine. Durant le 18e siècle, des guerres incessantes étaient conduites par des armées professionnelles, qui ne blessaient pas les populations civiles inutilement. Les guerres sont devenues « humaines ». Mais pas pour longtemps. Avec la révolution française, la guerre est devenue une question d’armées de masse, la protection des civils s’est lentement détériorée, jusqu’à disparaitre complètement durant la seconde guerre mondiale, lorsque des villes toutes entières se sont vues détruites par des bombardements aériens illimités (Dresde et Hambourg) et la bombe atomique (Hiroshima et Nagasaki). Toutefois, un nombre de conventions internationales interdisent les crimes de guerre ciblant les populations civiles ou blessant la population dans les territoires occupés. Voilà ce qu’était le mandat de cette commission d’enquête.
La commission fustige/ réprime le Hamas pour avoir commis des crimes de guerre contre la population israélienne. Les israéliens n’avaient pas besoin de la commission pour savoir ça. Une grande partie des citoyens israéliens ont passé des heures dans des refuges durant la guerre contre Gaza, sous la menace des roquettes du Hamas. Le Hamas a lancé des milliers de roquettes en direction de villes et village en Israël. Ces roquettes étaient artisanales et ne pouvaient viser des cibles précises – comme l’installation nucléaire Dimona ou le Ministère de la Défense qui est situé au centre de Tel Aviv. Elles étaient destinées à terroriser la population civile pour la pousser à réclamer l’arrêt de l’attaque sur la bande de Gaza.
Ils n’ont pas atteint cet objectif car Israël avait installé un nombre de “Dôme de Fer” (Iron Dome en anglais) qui ont servis de boucliers et ont donc intercepté quasiment toutes les roquettes se dirigeant vers les cibles civiles. C’était presque un succès total. S’ils sont amenés devant la Cour Internationale de la Hague, les dirigeants du Hamas soutiendront qu’ils n’avaient pas le choix : ils n’avaient pas d’autres armes pour s’opposer à l’invasion israélienne. Comme me l’a dit un jour un commandant palestinien ; « Donnez-nous des canons et des avions de combat et nous n’utiliserons pas le terrorisme ». La Cour internationale devra alors décider si un peuple qui vit pratiquement sous une occupation interminable est autorisé à lancer des roquettes de manière non ciblée. Considérant les principes prévus par de Groot, je me demande quelle sera la décision.
Cela va pour le terrorisme en général, s’il est utilisé par un peuple opprimé qui n’a pas d’autre moyen pour se battre. Les Noirs Sud-Africains ont usé du terrorisme durant leur combat contre le régime oppressif de l’apartheid, et Nelson Mandela a passé 28 ans en prison pour avoir pris part dans de tels actes et refusé de les condamner. LE CAS contre le gouvernement Israélien est complètement différent. Ils ont des armes en abondance, allant des drones aux avions de combat à l’artillerie aux tanks. S’il y avait un crime de guerre dans cette guerre, il a été initié par la décision du conseil des ministres. Parce qu’une attaque israélienne sur la bande de Gaza rend le crime de guerre inévitable. Quiconque ayant déjà été soldat de combat en guerre sait pertinemment que les crimes de guerre se produisent, que ce soit dans l’armée la plus morale ou l’armée la plus basique du monde. Aucune armée ne peut éviter de recruter des personnes psychologiquement déficientes. Dans chaque entreprise il y a au moins un spécimen pathologique. S’il n’y a pas des règles très strictes, exercées par des commandants très stricts, des crimes se produiront.
La guerre fait ressortir l’homme intérieur (ou la femme de nos jours). Un homme bien élevé et éduqué va soudainement se transformer en bête féroce. Un ouvrier simple, humble se révèlera comme étant un être humain décent et généreux. Même dans l’ “Armée la Plus Morale Du Monde” – Un oxymore s’il devait un jour y en avoir un. J’étais un soldat de combat dans la guerre de 1948. Les crimes, j’en ai eu plein la vue, et je les ai décrit en 1950 dans mon livre « The Other Side of the coin » littéralement traduit le revers de la médaille.
CELA EST VALABLE pour toutes les armées. Dans notre armée, durant la dernière guerre contre Gaza, la situation était encore pire. Les raisons pour l’attaque contre Gaza étaient obscures. Trois enfants israéliens ont été capturé pas un Arabe, évidemment dans le but de faire un échange contre des prisonniers palestiniens. Les Arabes ont paniqué et tué les garçons. Les israéliens ont répondu, les palestiniens ont répondu à leur tour et voilà– le conseil des ministres a décidé d’une attaque à part entière. Notre conseil des ministres est composé de nigauds, qui pour la plupart n’ont aucune idée de ce qu’est la guerre. Ils ont décidé d’attaquer la bande de Gaza.
Cette décision était le vrai crime de guerre. La bande de Gaza est un territoire minuscule et bondé d’une population s’élevant à 1,8 million d’êtres humains, environ la moitié sont les descendants des refugiés de zones qui sont devenues Israël suite à a la guerre de 1948. En toutes circonstances, une telle attaque était vouée à résulter en un grand nombre de victimes parmi les civils. Mais un autre fait a rendu cela encore pire.
ISRAEL est un état démocratique. Les dirigeants doivent être élus par le peuple. Les électeurs sont les parents et grands-parents des soldats, membres à la fois, des unités régulières et de réserves.
Cela signifie qu’Israël est démesurément sensible aux pertes humaines. Si un grand nombre de soldats sont tués, le gouvernement s’effondrera. Par conséquent, c’est la priorité de l’armée israélienne d’éviter les pertes et ce à n’importe quel prix– Pour sauver un soldat, il est permis de tuer dix, vingt, cent civils de l’autre camp. Cette règle, non écrite mais qui va de soi, est symbolisée par la « procédure Hannibal » – le code pour prévenir à tout prix la capture d’un soldat israélien. Ici, aussi, un principe démocratique est à l’œuvre : aucun gouvernement israélien ne peut résister à la pression du peuple pour relâcher plusieurs douzaines de prisonniers palestiniens en échange de la libération de l’israélien. Ergo : empêcher à tout prix la prise d’otage des soldats israéliens, quitte à ce que le soldat lui-même soit tué durant le processus.
Hannibal permet– en effet, les commandes–infligeant la destruction et la tuerie non dévoilée ou non admise, dans le but de prévenir une capture ou disparition mystérieuse de soldat. Cette procédure est en elle-même un crime de guerre. Un conseil de ministres responsable, ayant un minimum d’expérience en combat, saurait tout cela au moment où il est appelé à décider sur une opération militaire. S’ils ne savent pas, c’est le devoir des commandants de l’armée [ou militaires] – qui sont présent lors des réunions de conseil de ministres– de leur expliquer. Je me demande s’ils l’ont fait.
Les habitants ont souvent été appelés à fuir, et beaucoup l’ont fait. Les autre ne l’ont pas fait, dégouté de laisser tout ce qu’ils avaient de précieux derrière eux. Certains ont fui lors du danger, les autres gardent espoir et restent. Je demanderais au lecteur de s’imaginer un instant dans cette situation.
Ajouté à ça l’élément humain– le mélange de l’homme humain et de l’homme sadique, bon et mauvais, que vous retrouvez dans n’importe quelle armée du monde, et vous voyez le tableau.
Une fois que la guerre est lancée, « des choses se passent », comme l’a dit l’homme. Il se peut qu’il y ait plus ou moins de crimes de guerre, mais il y en aura beaucoup.
TOUT CECI aurait pu être dit à la commission d’enquête des Nations Unies, présidée par un juge américain, par les chefs de l’armée israélienne, s’ils avaient été autorisés à témoigner. Le gouvernement ne les a pas laissés.
La solution la plus facile est de proclamer que tous les responsables des Nation Unies sont antisémites de nature et haïssent Israël, et que répondre à leurs questions est contre-productif.
Nous sommes moraux. Nous avons raison. Naturellement. On n’y peut rien. Ceux qui nous accusent doivent être antisémites. Simple logique.
Au diable tous!

Traduction: Dalilah Freeman.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s